Du digital au végétal, aurais-je fait un saut quantique ?

De la connexion digitale…

Il y a 18 mois je quittais mon poste de Chief Digital Officer qui me valut en 2015, d’être nommée Femme Digitale de l’Assurance. Quelques mois plus tard en 2017, j’osais révéler aux Sommets du Digital avec émotion, ce que beaucoup vivaient douloureusement et silencieusement : la complexité de la transformation dans les organisations et la nécessaire attention à porter au capital humain. Une intervention dont le titre un brin provocateur «Le CDO est mort», était annonciateur de ce que j’allais traverser quelques mois plus tard. 

Le désert. 

Un périple qui peut prendre des allures de fracture capable de nous aspirer vers de sombres abysses mais que je décidais de traverser en mode « Revival » : les Gazelles connectées. Un rêve qui se réalisait, une aventure humaine collective et digitale; je participais à l’édition 2018 du Rallye Aïcha des Gazelles. 

Là-bas, seule la nature impose ses codes. La vie y est sans artifice et faux-semblant. Une sorte d’incubateur personnel avec des stress-tests extrêmes pour mesurer tes capacités à sortir de ta zone de confort. 

Là-bas, tu vis ce que Stephen Hawking affirmait. 

La seule barrière réside dans ton esprit. Car rien n’est impossible. Tes blocages ne sont au final qu’une illusion. Ce que tu as noué dans ton esprit, tu es tout à fait capable de le défaire.

Au retour de ce voyage intérieur, l’envie de donner un nouveau sens à ma vie professionnelle. Cap sur l’entrepreneuriat.

A la connexion végétale,

Inspirée par l’écotone que représente la canopée, cette zone de transition entre la forêt et l’atmosphère, je crée Canopsia et le #Pasdecôté®. Et je me positionne comme « connecteur » pour faire le pont entre la nature et le monde de l’entreprise que je connais bien pour y avoir oeuvré pendant 25 ans . 

La forêt, elle, est le prolongement de mon lieu de vie depuis de nombreuses années. Mon jardin secret, lieu de contemplation, de ressourcement, d’inspiration et de reconnexion à ma vraie nature. Elle trouve aujourd’hui sa place dans mon projet professionnel comme une évidence au regard des enjeux écologiques. 

L’écologie extérieure est indissociable de l’écologie intérieure. La clé de la préservation de la nature et de la biodiversité reste notre connexion à ce monde du vivant. La sylvothérapie, ou thérapie par la forêt, encore peu développée en France, peut nous y aider. Empreinte génétique du #pasdecôté®, elle peut notamment apaiser les maux du monde du travail et apporter un souffle nouveau porteur de sens pour aborder les nouveaux défis.

Les bains de forêt ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques attestant d’un profond impact sur le cerveau et notamment l’anxiété, le manque de concentration, la diminution de l’attention, le stress, les burn-out. Ce qui leur vaut aujourd’hui d’être considérés comme des pratiques thérapeutiques. Au Japon, c’est un programme de santé publique entré en vigueur en 1982 associé à une campagne de protection des forêts.

Un saut quantique ?

Aurais-je fait un saut quantique ? D’apparence certainement pour quelques uns surpris de ce #pasdecôté disruptif dans un monde si linéaire et normé. Un saut qui n’en est pas un pour moi. Une mise en cohérence d’un tout interdépendant qui invite à une approche holistique de l’individu et du monde. 

Après m’être formée à la pleine conscience (MBSR), la théorie U d’Otto Scharmer (Leadership), prochainement au programme de Transformation d’Engage University, je me prépare également à une certification pour devenir guide en sylvothérapie.   

La seule façon de donner un sens au changement est de s’y plonger, de se mouvoir avec lui et d’entrer dans la danse . Alan Watts

Le #pasdecôté®, une approche que certains me disent avant-gardiste, alors même que de toute part nous sommes sommés de créer les conditions d’émergence de nouveaux possibles. Ma conviction est qu’elle est très actuelle mais que l’entreprise est encore prisonnière de ses schémas anciens. Elle doit pourtant, elle, entrer dans la danse ! 

En attendant, je redoublerai d’efforts de communication et pédagogie pour expliquer la raison d’être  de cette proposition d’accompagnement de l’entreprise et de son capital humain. Je vous partagerai prochainement mon voyage d’étude et de pratique au Japon qui sera l’occasion de rencontrer le Dr Qing Li, de la Nippon Medical School et auteur du livre « Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt ». 

Je propose également aux entreprises des conférences pour présenter la sylvothérapie et la démarche du #pasdecôté®. La reconnexion à la nature et la forêt en particulier développe de multiples bienfaits qui peuvent apaiser les maux du monde du travail tout en apportant un souffle nouveau porteur de sens face aux nouveaux défis écologiques qui nous concernent tous.

Et pour ceux qui sont déjà convaincus et qui s’inscrivent dans ce temps nouveau de l’émergence de nouveaux possibles, je propose d’expérimenter la sylvothérapie dans vos organisations sans plus attendre.

 

 

 

 

 

Florence Karras

Crédit photo : Canopsia