Pourquoi inscrire la sylvothérapie à votre plan d’action 2020 ?

Le propos de cette rentrée 2019 est unanime. Pas de plan B pour l’entreprise comme pour la planète. Refondation du capitalisme et des modèles entrepreneuriaux. Ré-invention du core-business vers un modèle éco-responsable avec un juste partage de la valeur. Les enjeux écologiques et la préservation de la biodiversité ont volé la vedette médiatique à la transformation numérique. Le souffle de l’écologie est partout car il est le souffle de la vie. 

Le green washing n’aura pas sa place, prévient-on. Lisibilité, transparence et mesure des impacts vont donc devoir accompagner toutes les actions engagées. Le temps est venu de passer du Proof Of Concept (POC) au Proof of Engagement (POE).

L’écologie extérieure indissociable de l’écologie intérieure

Et si le modèle est à bout de souffle, l’humain ne l’est-il pas aussi ? La transformation digitale loin d’être achevée a mis à rude épreuve les entreprises et leurs équipes. Et s’y ajoute l’adaptation sine die du core-business au regard des enjeux écologiques et environnementaux.  

Alors comment préparer dirigeants et managers à ces changements profonds qu’ils doivent poursuivre et accélérer dans leurs organisations ? Comment engager un capital humain à bout de souffle et de sens ? 

La nécessaire revitalisation du capital humain

La clé de la préservation de la nature et de la biodiversité reste notre connexion à ce monde du vivant. Plus nous sommes connectés au monde naturel, plus nous serons susceptibles de le préserver à l’avenir. Or nous n’avons pas cessé de nous éloigner de la nature et de notre nature. Nous sommes devenus une espèce d’intérieur sédentarisée et techno-stressée.

N’est-ce pas là le premier chantier incontournable de toute organisation qui a pour réelle ambition d’avoir un impact positif sur les enjeux écologiques : revitaliser son capital humain en développant des programmes de re-connexion à la nature ? Une nouvelle dimension de la symétrie des attentions où la qualité de l’engagement d’une entreprise pour la préservation de la nature sera corrélée à la proximité de son capital humain avec celle-ci.  

La sylvothérapie, une piste apaisante 

Au Japon, la sylvothérapie, ou thérapie par la nature et la forêt en particulier a acquis le statut de thérapie officielle sous le nom de shinrin yoku ou « bains de forêt ». Un programme sanitaire national entré en vigueur en 1982 associé à une campagne de protection des forêts. Loin d’être un phénomène de mode, ces pratiques se sont développées dans les pays scandinaves, aux Etats-Unis, et arrivent en Europe et en France. 

Nous ne comptons plus les livres des scientifiques sur les bienfaits des arbres, notamment celui écrit par le Dr Qing Li, professeur à l’université de médecine de Tokyo et auteur du livre « Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt ». Il y fait état de ses recherches scientifiques effectuées entre 2004 et 2012 sur tous les bénéfices de ces pratiques. 

De bienfaits en écho aux maux du monde du travail 

Les bains de forêt ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques attestant d’un profond impact sur le cerveau et notamment l’anxiété, le manque de concentration, la diminution de l’attention, le stress, les burn-out. Ces maux précisément qui se sont répandus dans le monde du travail et de l’entrepreneuriat sclérosant les organisations. 

La reconnexion à la nature et la forêt en particulier, écosystème vivant, complexe et stimulant sur le plan sensoriel, développe une attitude plus importante à l’optimisme, l’empathie, la bienveillance, la concentration, le lâcher-prise, la stimulation de l’imagination, la créativité et le bien-être. Des  ressorts aujourd’hui affaiblis et pourtant indispensables à l’entreprise pour faire face aux nouveaux défis.

Alors n’est-il pas temps d’inviter la sylvothérapie en entreprise pour apaiser ses maux et redonner du sens à cet écosystème vivant et complexe lui aussi ?

Une démarche initiée par Canopsia 

Le #pasdecôté® by Canopsia s’inscrit dans cette logique. C’est une invitation à mettre les enjeux de l’entreprise et des équipes dirigeantes (leadership, business éco-responsable, préservation du bien commun, santé…) au coeur de la nature.

Une « délocalisation au vert » le temps d’une immersion guidée. Des parcours personnalisés individuels ou collectifs qui permettent de recharger ses batteries émotionnelle, physique et mentale. Un temps de reconnexion à la nature laissant des espaces à la pleine conscience, la marche, le rien. Se reconnecter à sa puissance personnelle, libérer de l’espace mental, booster sa créativité, nourrir son inspiration pour anticiper, embarquer, décider, innover autrement.

Travailler l’écologie individuelle comme levier du changement collectif. Les premiers retours d’expérience sont concluants et doivent désormais être déployés à plus grande échelle.

Un #pasdecôté plus loin 

Convaincue que cette mutation vers une société plus éco-responsable ne peut s’opérer sans une re-connexion individuelle et collective à la nature et sa nature, je souhaite expérimenter l’introduction de la sylvothérapie en entreprise tout en mesurant les impacts. 

Dès fin octobre, je ferai un voyage d’étude et de pratique du Shinrin Yoku au Japon. L’occasion de rencontrer le Dr Qing Li, de la Nippon Medical School et auteur du livre « Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt ». Dans le prolongement je suivrai en France un programme entre novembre et mars 2020 visant à obtenir le statut de guide en sylvothérapie. Un programme qui laisse une large part aux pratiques terrain que je souhaite appliquer au monde de l’entreprise et de l’entrepreneuriat, avec publication d’un rapport d’étude. 

Répondons ensemble à l’appel des arbres 

C’est dans ce cadre là que je lance un appel à des entreprises audacieuses souhaitant expérimenter la sylvothérapie. Il s’agira d’explorer ensemble – et potentiellement avec des scientifiques – divers formats d’accompagnement individuels et collectifs, d’en mesurer les impacts réels sur le bien-être global dans l’entreprise, mais aussi travailler sur l’émergence de nouvelles méthodes de travail, de management, d’innovation pour aborder les nouveaux défis. Un vrai challenge structurant à impacts multiples pour les entreprises, à inscrire rapidement au programme 2020 #ProofOfEngagement !

Alors si vous avez l’esprit pionnier et l’envie d’engager votre entreprise dans un tel programme pour explorer les conditions de l’émergence de nouveaux possibles, parlons-en (dossier corporate disponible dès le 25/10) : florence@canopsia.com .

Florence Karras

Crédit photo : Canopsia